Prix du gaz en décembre : +42% sans bouclier tarifaire

Submitted by Amandine MARTINET on Fri, 11/26/2021 - 13:48
Header
Logo marque
Accroche téléphone
Appelez-nous !
Accompagnement téléphone

du lundi au vendredi - 8h à 19h

Bouton
Espace client
Numéro de téléphone
1
Picto Connexion
connexion-particulier
Visibilité sur pages statiques
HP
HP magazine
Pages corps
Page d'erreurs
Type de présentation numéro
Numéro réglementaire
2 minutes
Bloc magazine particuliers
On
Cover
Qu'est-ce que le coefficient bbio
Navigation rubrique visible
Off
Bloc
Sous bloc de contenu
Texte

La Commission de régulation de l’énergie a communiqué le montant de hausses tarifaires prévues pour le gaz naturel au mois de décembre, si les prix n’avaient pas été gelés à leur niveau du 1er octobre. Zoom sur ces chiffres colossaux.

Emplacement
Droite
Map
Off
Emplacement
Droite
Widget MPR
0
Texte

Vous le savez certainement, face à la montée en flèche des prix de l’énergie depuis plusieurs mois, le premier ministre Jean Castex a annoncé le 30 septembre dernier la création d’un “bouclier tarifaire” : les tarifs du gaz sont bloqués à leur niveau du mois d’octobre à partir de novembre 2021, et jusqu’à la fin de l’année 2022. Plus aucune augmentation ne sera donc possible sur cette période.

 

Mais savez-vous quelle aurait été la hausse des prix du gaz sans cette mesure ? Par souci de transparence, la CRE (Commission de régulation de l’énergie, qui fixe les barèmes en vigueur) a rendu publiques ces données dans un communiqué. Et elles sont loin de laisser indifférent :

 

  • Sans le gel des tarifs, il y aurait eu une hausse moyenne au 1er décembre 2021 de 20,8 % HT, soit 19,10 % TTC
  • Sans le gel des tarifs, le niveau moyen des tarifs réglementés de vente du gaz au 1er décembre 2021 aurait été supérieur de 46,5 % HT, soit 41,9 % TTC par rapport au niveau en vigueur fixé au 1er octobre

 

Le bouclier tarifaire mis en place permet donc aux ménages de ne pas subir ces augmentations très conséquentes. A l’origine, le gel des prix devait prendre fin en avril 2022 en prévision d’une forte baisse des coûts de l’énergie au printemps : mais la mesure a été prolongée en raison d’une “décrue plus lente que prévue”, selon les dires de Jean Castex. Seule ombre au tableau dans le dispositif, les particuliers pourraient payer le gaz plus cher dès 2023 pour compenser ce lissage des prix.

Emplacement
Droite
Map
Off
Emplacement
Droite
Widget MPR
0
Texte

👉 Dans ce contexte de hausses des prix, quels gestes avez-vous adopté pour faire des économies et conserver du pouvoir d’achat ? Ces hausses vous ont-elles poussé à faire des travaux de rénovation énergétique dans votre logement ? Nous vous avons donné la parole.

 

 

Emplacement
Droite
Map
Off
Emplacement
Droite
Widget MPR
0
Texte
Quelles alternatives au chauffage au gaz ?
Titre
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
Map
Off
Date de création
On
Questions visible
Off
Sommaire
Off
Cover visible sur mobile
Off